Mes lectures - Histoire de la Civilisation, tome 6


On m'a offert, il y a dix ans, une vieille collection de livres intitulée Histoire de la Civilisation, en 28 tomes (il me manque la dernière série), écrits par Will Durant. Bibliophile que je suis, j'ai conservé ces livres sans jamais vraiment y jeter un coup d'oeil. C'est seulement plusieurs années plus tard que j'ai décidé, sur un coup de tête, de lire le premier tome.


Quelle découverte ! Cette série magistrale a été rédigée entre 1935 et 1970 par le philosophe Will Durant et sa femme Ariel, et elle retrace les pas des civilisations humaines, de la préhistoire au siècle de Voltaire. Le dixième volume a remporté le Pulitzer, en 1968.


Nos connaissances archéologiques et historiques ont certainement évolué depuis 1935. Pourtant, cette série pose un regard très moderne sur le monde, qui surprend à bien des égards. Les tomes 1 à 3 s'attardent aux premières civilisations orientales (Babylonie, Assyrie, Sumérie, Égypte, Judée, Perse, Inde, Chine et Japon) et tracent les grandes lignes de la naissance, de l'apogée et de la décadence (dans certains cas) pour chacune de ces civilisations. Ils montrent en outre ce que ces peuples nous ont légué, d'où le sous-titre de cette série : "Notre héritage oriental".


Les tomes 4 à 6 entreprennent ensuite un survol de l'histoire de la Grèce antique, soit : la Grèce mycénienne de l'âge du Bronze, dite "homérique", jusqu'à la montée en puissance d'Athènes (tome 4), le siècle de Périclès (tome 5) puis la période s'étendant des conquêtes d'Alexandre jusqu'à l'annexion de la Grèce par Rome (tome 6).


J'ai dernièrement terminé la lecture du tome 6. Cette collection me fascine absolument; d'abord parce que la matière m'est familière et présentée avec une passion et une érudition évidente, mais aussi, et surtout, parce qu'une Histoire des civilisations humaines présentée de manière aussi honnête, aussi complète, et aussi large est une chose rare et belle. Oui, il s'agit d'un survol, mais un survol qui trace les grandes lignes de façon claire et utile.


En première partie de ce tome 6, on nous présente la trame historique générale de -399 à -322 (le règne de Philippe II de Macédoine, suivi de celui d'Alexandre), puis on nous expose les grands courants artistiques, philosophiques, religieux et scientifiques de la période, avec leurs figures de proue respectives. La seconde partie nous dévoile le morcellement de l'empire d'Alexandre, les guerres intestines des royaumes helléniques, la dispersion hellénistique, et enfin, l'arrivée d'une Rome conquérante qui réduit l'ensemble de la Grèce et de la Macédoine à l'état de province romaine; cette période s'étend de -322 à -146.


La connaissance du passé est une richesse à la fois intellectuelle et morale; connaître quelques dates peut aider à replacer les éléments dans leurs contextes respectifs, mais au-delà même de cet apprentissage théorique, c'est le fait d'être témoin de la naissance et de la mort de ces civilisations qui est réellement formateur. On voit et revoit les choix et les directions pris par les sociétés humaines depuis la nuit des temps, on revit les victoires et les défaites. On voit se profiler les raisons derrières les actions. La chute des empires vient rarement, sinon jamais, de l'extérieur: c'est l'évolution des moeurs, des croyances, de l'éthique, des traditions qui se muent en courants, en frictions, en conflits, en révolutions. Les sociétés humaines sont ainsi parcourues de vagues et de courants, et invariablement, au moindre signe de déséquilibre, c'est la tempête qui se lève.


Il y a une grande beauté à voir agir les être humains qui nous ont précédés, à constater leurs forces et leurs faiblesses, et à percevoir, à la fin, la profondeur réelle de l'héritage qu'ils nous laissent. Rencontrer les Aristote et Diogène, les Platon et Épicure, les Euclide, Apollonios, Archimède, Ératosthène qui, déjà, avait calculé la circonférence de la Terre ! Et Théophraste, et Hérophile, et j'en passe... La Grèce antique, à plusieurs égards, nous a légué des connaissances et des techniques qui n'ont souvent été dépassées qu'au Moyen-Âge tardif ou à la Renaissance. À cela s'ajoutent les Pyrrhus de ce monde, dont la victoire contre les Romains à Héraclée, en -281, est à ce point coûteuse qu'il doit abandonner sa campagne, et offrir de ce fait à notre langue une expression amère ("victoire à la Pyrrhus") qui en dit peu sur la qualité singulière de ce roi des Molosses. Ironie du sort, il meurt à Argos en -272, tué par une tuile lancée par une vieille femme.


Voilà ce que j'adore dans cette série, un peu vieillotte, mais écrite avec coeur et une légère touche d'humour et de sarcasme. Et le double intérêt est de voir comment, par le biais d'une histoire des civilisations, on peut soutirer de l'information à propos du monde tel qu'on le comprenait, en 1935, quelques années avant la Seconde Guerre mondiale; une époque charnière et mouvementée à tous points de vue. On se retient difficilement de sourire en lisant les remarques parfois sceptiques de Durant relativement aux avancées scientifiques de son époque, notamment en microbiologie et en physique atomique; certaines théories aujourd'hui prouvées et tenues pour évidentes n'étaient qu'hypothèses au milieu des années 1930. Ailleurs, on prend plutôt un air grave en l'écoutant digresser un peu sur les dérives idéologiques qui marquent déjà son époque, et qui devaient laisser une blessure au fer rouge dans les annales universelles.


Cette série est difficile à dénicher, surtout en traduction française. Mais si vous affectionnez l'histoire, ou que vous êtes curieux et que vous cherchez une manière d'apprivoiser ce très vaste domaine, je vous conseille vivement de jeter un coup d'oeil à la série Histoire de la Civilisation, de Will et Ariel Durant. Je dois moi-même terminer d'autres lectures avant de me permettre de replonger dans le monde antique, mais je serai tiraillé par l'attente, j'en suis sûr. Je suis impatient d'ouvrir le tome 7 et de voir émerger la naissance de la Ville de Rome (Urbs, "la Ville", comme le disaient simplement et orgueilleusement les Romains), son ascension au sein de cette péninsule italique bondée de peuples hétéroclites, vaguement tenue en laisse par les Étrusques. Ouvrir un ouvrage et y lire des événements survenus il y a plus de 2000 ans; quelle magie, tout de même !

Derniers articles
Articles récents
Archives
Recherche par étiquette
No tags yet.
Rechercher par catégorie
Suivez moi!
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Google+ Icon
  • Black LinkedIn Icon